La commission spéciale de l’Assemblée nationale termine son examen du projet de loi sur la fin de vie. Elle adopte le principe d’un libre choix du patient entre assistance au suicide ou réalisation de l’acte par un tiers pour le geste létal. Les députés opèrent également le retrait de la mention de court ou moyen terme dans les critères d’accès.